Un constat


Divers / Tuesday, September 3rd, 2019


52 % des DRH assurent que le niveau d’orthographe joue dans la mise à l’écart des candidatures.

44 % d’entre eux reconnaissent qu’un faible niveau d’un collaborateur a pu
« susciter des remarques ».

15 % des DRH pensent que de telles failles ont pu « freiner une promotion ».

92 % des recruteurs estiment que des problèmes d’orthographe peuvent avoir un impact sur l’image de l’entreprise.

Sondage OpinionWay pour Le Parisien


78 % des actifs admettent faire des fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire ou de syntaxe.

76 % des DRH jugent que l’expression irréprochable à l’écrit est un enjeu. majeur des entreprises.

52 % des DRH avouent avoir déjà pu écarter une candidature à cause d’une mauvaise expression écrite.

92 % des DRH pensent qu’une mauvaise expression écrite de certains salariés peut nuire à l’image de l’entreprise.

35 % des actif ont déjà demandé à un tiers de relire leurs écrits pour corriger des fautes.

12 % des actifs jugent que leur carrière a été freinée par leur niveau en expression écrite.

91 % des actifs pensent que des formations de remise à niveau en expression écrite sont positives.

Sondage OpinionWay pour Bescherelle réalisé en janvier auprès de 205 responsables RH d’entreprises de plus de 50 salariés (dont 78 situés en province) et de 501 actifs du secteur tertiaire (dont 38 % avec un rôle managérial).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *